Coco : c’est pas drôle, ça marche et en plus il la ramène !


Guerre civile à prévoir dans mon couple, je vais cisailler « Coco » et son proprio à la serpe. Si moi-même je finis taillé en morceaux au coupe-coupe, vous saurez d’où ça vient…

Après avoir découvert ce ratage cocosmique, je m’étais soumis sans la moindre résistance à la loi du silence imposée par les fans de l’humoriste préféré des Français devant, derrière, à côté ou en dessous de Dany Boon, on ne sait plus trop. Aujourd’hui, la déontologie m’oblige à parler. Qu’importe les conséquences. Je suis prêt.

Si l’icône cocomique de la ménagère de moins de 50 ans avait eu la modestie de la jouer profil bas suite au succès de son film, j’en aurai fait autant. Mais puisqu’il fait le malin, je m’en vais le pousser dans le ravin. Est-ce que Franck Dubosc l’avait ramené outre-mesure après le carton inexplicable (et inexpliqué) de « Camping » ? Je ne me souviens plus trop, mais dans le doute, on va dire non.

Vu le battage promotionnel autour de Gad Elmaleh à l’occasion de la sortie de « Coco« , j’aurai pu lustrer les trompettes et sortir l’artillerie lourde plus tôt. Mais je ne l’ai pas fait. Accorder une telle couverture médiatique à un film dont la médiocrité n’a d’égale que le vide abyssal, c’est pourtant comme inviter Mickael Youn au 20 heures de TF1 avec un mégaphone pour qu’il puisse crier « Bite !!! ».

Hier soir, Gad Elmaleh, est allé montrer sa bobine de gendre idéal dans « Le Grand Journal de Canal Plus » pour s’autoféliciter du succès de son premier film en tant que réalisateur.
Plus de 2,5 millions de français l’ont vu depuis sa sortie. On ne le dira jamais assez, mais succès n’est pas synonyme de qualité. Toute proportion gardée, « Mein Kampf » s’est vendu à 80 millions d’exemplaires en 74 ans, il ne mérite pas le Prix Nobel de littérature pour autant.  
Au fond, le public ne s’y trompe pas. D’ailleurs malgré le succès, le bouche à oreille est désastreux ainsi qu’en témoignent les notes attribuées par les forumeurs d’Allociné (734 critiques, 1 sur 4 de moyenne), pourtant aussi exigeants avec la qualité que Paris Hilton avec le port de la petite culotte. Plus parlant pour le businessman planqué derrière le sourire Colgate de Gad Elmaleh, les entrées de « Coco » ont chuté de 66% en deuxième semaine. Ce n’est pas comme s’il ne l’avait pas cherché en même temps…

« Coco » est aux comédies françaises ce que le 0 est aux maths : le néant (en tout cas j’imagine parce que j’y connais rien en maths). Jamais je n’aurai cru ça possible, et pourtant il semblerait bien que Gad Elmaleh ait accompli l’exploit himalayesque de faire pire que « Double Zéro » et « Iznogoud« , qui en matière de grosse bouses se posaient là.

Avec ce premier film en tant que metteur en scène, Gad Elmaleh, qui cumule aussi les fonctions de scénariste, de producteur et d’acteur, fait mentir sans la moindre difficulté l’adage « on n’est jamais mieux servi que par soi-même. « Coco » est une cocoquille vide faute de fil conducteur, de situations comiques et de seconds-rôles solides. Les pourtant talentueux Manu Payet, Jean Benguigui et Pascale Arbillot sont réduits à l’état de simples laquais d’un Gad narcissique et cannibale.
Rayon scénar’, plutôt que de creuser pour approfondir son personnage, Elmaleh a choisi la facilité en brodant deux trois scènes pour donner un semblant de consistance à l’histoire, laquelle se borne à étirer en longueur le sketch dont elle s’inspire. Gad Elmaleh, qui a co-écrit le scénario avec une certaine Caroline Thivel dont on espère ne jamais entendre parler à nouveau en de pareilles circonstances, recycle paresseusement les bons mots de ses précédents spectacles et va même jusqu’à copier la scène la plus connue du « Dîner de cons » comme l’avait fait d’ailleurs Dany Boon dans « Bienvenue chez les Ch’tis » mais avec plus de réussite.

Quant à la mise en scène, il faut arrêter de croire que réaliser un film c’est à la portée du premier bleu-bite venu. Réalisateur c’est un vrai boulot, et manifestement ce n’est pas celui de Gad Elmaleh. Impersonnelle au possible et dépourvue de tout parti pris visuel, sa mise en scène sans idées passe totalement à côté de la démesure du personnage principal.
Avec « Coco« , Gad Elmaleh échoue dans les grandes largeurs là où Eric et Ramzy avaient réussi avec l’excellent « Seuls Two » : réaliser une comédie drôle et visuellement réussie qui reflète un univers tout en s’en émancipant pour aller vers autre chose. 

Pire que tout, Gad Elmaleh, qui, j’en suis sûr, n’est pas un mauvais bougre au fond, même s’il a voulu faire les poches de ses fans, nous impose une morale à trois francs six sous le caramel mou qui fera certainement écrire à un gratte papier lèche bottes que « Gad Elmaleh est un tendre« . Sur ce coup-là, Gad Elmaleh est surtout un escroc. Shalom.

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Cinéma, Critique

2 réponses à “Coco : c’est pas drôle, ça marche et en plus il la ramène !

  1. Dr. Morisset

    Suis pas tout à fait sûr à propos de la comparaison avec Mein Kampf…
    Il n’empêche que Coco est une vraie daube. (« daube » au sens de « bouse ») On n’en voudra pas à Gad d’avoir voulu exploiter son personnage, la preuve : ça marche. Sauf qu’à l’inverse de Dany Boon qui y a gagné en sympathie, je pense que Gad vient de se griller méchemment.

  2. Salut Dr,

    Si tu reviens régulièrement par ici, tu sauras que je suis un peu un fout la merde parfois ! En ce qui concerne « Mein Kampf », je voulais surtout utiliser un exemple choc pour bien faire comprendre que l’argument du nombre et du succès n’en n’est pas un.

    Sinon, je ne suis malheureusement pas convaincu que Gad se grille avec ce film. IL a un public fidèle qui continuera à le suivre aveuglément quoiqu’il fasse. Il y a quand même des gens qui ont trouvé que Coco était drôle.
    Ce qui est vrai en revanche, c’est que Coco et sa promo ont révélé une nouvelle facette de Gad, bien loin de celle de l’amuseur public modeste au coeur tendre qu’il veut donner. Ses propos sur le bouclier fiscal par exemple, s’ils étaient plus médiatisés, contribueraient beaucoup à le faire descendre de son piédestal.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s