« Ne va pas dans la forêt tout seul abruti, le méchant s’y cache ! Mais il est con ou quoi ?! »


Retour au Ciné Cité Bercy pour la première fois depuis une blinde pour y mirer « Prédictions« , une série B(onne) avec Nicolas Cage a.k.a « Mon jeu d’acteur tient parfois à un cheveu ou plusieurs« .

Pas de critique (pas envie), mais une question : les personnages de ciné vivraient-ils dans une uchronie dont le cinéma serait totalement absent ?

Non parce que vous et moi, on le sait pour l’avoir vu dans les salles qu’il ne faut pas s’enfoncer dans une forêt lugubre en pleine nuit, surtout quand c’est pour traquer un type pâle comme la mort qui s’enfuit en marchant paisiblement alors que vous lui hurler dessus un 357 magnum au poing. Dans « Prédictions« , Nicolas Cage n’a pas l’air au courant.

De la même façon, ça ne viendrait à l’esprit d’aucun cinéphile de prendre en otage les clients d’une banque après un braquage. L’histoire du cinéma le prouve, tu as zéro chance d’en sortir si ce n’est les pieds devant ou les pinces aux poignets.

Ceux qui ont déjà vu un slasher sont au parfum, quand on a un doute sur la présence d’un type avec un coupe-coupe dans le gymnase du lycée qu’on squatte indûment, il faut prendre ses jambes à son cou et se tirer au lieu d’aller voir, quand il y a des grognements suspects dans la cuisine au rez de chaussée, il faut faire le mort dans sa chambre et appeler les flics, quand on a un psychopathe masqué armé d’une scie circulaire aux trousses, il ne faut jamais se séparer de ses potes pour aller chercher du secours.

Quand on est 19 face à un Jason Statham en pleine forme qui distribue généreusement les coups de savate, on évite d’attendre son tour pour essayer de lui tartiner la gueule. On s’y met à la romaine (death of Brutus state of mind). Vous verrez qu’il fera moins le malin l’ancien nageur cockney.

Autre grand classique, si vous êtes un vilain et que vous avez pour projet d’expédier ad patrès le gentil de service qui vous tire dans les pattes depuis 1h34, éviter de lui conter votre vie, de lui exposer vos motivations, de lui détailler votre plan et de partager avec lui votre projet professionnel après que vous l’aurez dessoudé. Butez le et puis c’est tout ! Un calibre sous le pif, le temps est son ami !

En même temps, je dis ça mais le cinoche ne saurait être un guide dans toute situation. On n’a jamais vu un mec au volant d’une Audi échapper à 16 voitures de police et un hélicoptère en sautant depuis parking sur le toit d’un building, un chinois d’1m60 mettre en pièce une bande de gangmembers bodybuildés, un facteur intrépide déjouer un attentat contre le siège des Nations Unies (d’ailleurs a-t-on déjà qualifié quelqu’un d »intrépide dans la vraie vie ?) ou une infirmière althophobe poser un Boeing 747 sur la piste de La Guardia en pleine tempête de neige après la crise cardiaque du pilote.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Cinéma

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s