S’adapter ou mourir


Lu hier dans le Paris-Lille, un excellent article made in Technikart à propos de Pirate Bay. L’occasion pour le magazine de distiller ci et là quelques réflexions sur le téléchargement et la riposte graduée. Best-of :

« Le plus gros problème avec cette loi Hadopi, c’est qu’elle vise à châtier le partage au profit d’une industrie qui, pépère, a mis un temps fou à se bouger pour s’adapter à la nouvelle donne du net. Un peu comme si, pour venir en aide à l’industrie automobile, on infligeait une amende à ceux qui osaient se balader à vélo au lieu d’inciter ladite industrie à développer des bagnoles moins polluantes, mieux équipées, moins chères. »

Selon plusieurs études, ceux qui téléchargent sont aussi ceux qui achètent le plus, ce que je pressentais dans un récent article.

Dans le procès Pirate Bay, le procureur et l’avocate de l’accusation, pourtant engagés par les plus puissants lobbies des studios hollywoodiens et des majors, n’ont réuni que très peu de preuves de la culpabilité du site de peer-to-peer malgré un dossier de 4000 pages et trois ans d’enquête. Jugez plutôt : quatre logiciels, neuf films et vingt-deux chansons !!!

Pour emmerder Christine Albanul et le reste de la fine équipe, les mecs de Pirate Bay, qui savent y faire pour se mettre le web dans la poche, envisagent de torpiller Hadopi en balançant des centaines de milliers de fausses adresses I.P sur leur site. Sympa.

Selon Matt Mason, si l’industrie du divertissement veut sauver sa peau, elle doit cesser de voir les pirates comme des ennemis pour les considérer comme des concurrents et ainsi trouver des façons innovantes de les doubler sur leur propre terrain.

Selon Chris Anderson, les majors et les studios n’ont d’autre choix que de s’adapter à la nouvelle donne imposée par les innovations technologiques. « S’adapter ou mourir » comme le résumait si intelligemment Charles Darwin.

Selon Christine « je suis conne comme une roue » Albanel, l’Hadopi a pour objectif d’envoyer 10 000 mails, 3000 lettres recommandées et 10 000 décisions de coupure internet par jour. Vu son nombre d’employés, le nouvel organisme aura à peine plus de 30 secondes pour traiter chaque dossier s’il veut tenir les objectifs. Ça nous promet des décisions justes ça… Et en plus, l’addition en timbres risque d’être salée comme le souligne habilement Versac sur son blog.

La question que tout le monde se pose maintenant, c’est : combien de temps l’Hadopi survivra-t-elle ?

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Actu, Internet / Web 2.0, Technologie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s