Fétichisme


J’aime assez conserver des traces physiques de la moindre de mes sorties, de chacun de mes voyages. Tickets de cinoche, places de concerts, photos et cartes postales de voyages, dépliants gratos dans les musées. Je n’en fais rien de spécial, je les garde. Même pas dans une boîte un peu jolie, dans ce que j’ai sous la main. Pas de recyclage artistique ou de scénographie particulière, juste un modeste travail de conservation pour mon petit musée des souvenirs. Je crois redouter leur immatérialité et les défaillances de ma mémoire, alors je fais en sorte d’avoir pour chacun d’eux un déclencheur matériellement palpable à portée de pognes.

D’ailleurs dans une certaine mesure, ce blog est la conséquence de ce fétichisme qui se traduit aussi par la rédaction de listes sur tout et rien.
Je me demande si ma passion de l’écriture n’est pas en partie entretenue par un besoin physique de consigner par écrit mes impressions sur chaque chose qui en vaut la peine, de peur que ce qui pourrait s’avérer être essentiel ne se dilue dans l’océan de ma mémoire. Je ne suis pas mégalo au point d’ignorer que tout ce que couche sur le papier (façon de parler hein) ne mérite pas de survivre à l’épreuve du temps, mais si dans quelques semaines ou, soyons fous, quelques années, vous relisez des fragments de mon bordel avec plaisir ou intérêt, alors ce blogging fétichiste n’aura pas été vain.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Me, myself & aïe !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s