Il faut partir maintenant Monsieur Duncan


Depuis 2003, les affreux Spurs de San Antonio avaient pris la déplaisante habitude de chaparder le titre NBA une année sur deux. Après 2003, 2005 et 2007, on s’était donc résignés à voir le champion le plus vilain de ses dix dernières années se faire passer  la bague au doigt par David Stern, grâce à on ne sait quel sortilège des îles Vierges. Nuls pendant trois matchs ils auraient fini par détrousser une honnête équipe au bout du suspense à quelques encablures des Finals. Les gentils Mavericks semblaient tout désignés pour se faire embabouiner. Heureusement face à Saytown, les Mavs l’ont jouée Fort Alamo : siège de la raquette, massacre 4-1 et une poignée de survivants héroïques, Tony Parker en tête.

Et Tim Duncan dans tout ça ? S’il a plutôt été bon lors du dernier match de la série, pendant la majeure partie de la saison, il ne fut d’aucune aide à ses coéquipiers, handicapé par ses genoux. Du coup, on se prend à rêver de retraite pour le plus laid des grands joueurs de l’histoire de la NBA. C’est encore un jeune homme certes (Dikembe Mutombo, bien plus âgé, faisait encore le ménage dans la raquette cette année alors qu’on se souvient tous l’avoir vu avec des maillots aujourd’hui classics dans les 90’s), mais les grands rêves font les grandes réalités.

Et puis ça fait quand même douze piges qu’il traîne sa carcasse, molle comme l’asticot d’un vieillard à un concert de Régine, sur les parquets du best show in the world.

Douze ans que son visage amorphe et son regard de veau trisomique en font la plus grosse anomalie de casting de l’histoire des blockbusters sportifs. Il a du talent, martyrise le cercle, rudoye les adversaires, collecte les rebonds, fait gagner son équipe… Mais il est aussi bandant à voir jouer que Shawn Bradley. Il a pourtant quatre bagouses aux doigts ce qui devrait nous amener à nous prosterner à ses pieds tel Jacques Séguéla devant Nicolas Sarkozy voir à lui tailler des pipes jusqu’à ce que paralysie de la mâchoire s’en suive. Pendant ce temps, Allen Iverson a converti une génération de gamins à la balle orange, et sans doute n’aura-t-il jamais l’insigne honneur d’avoir une hideuse bague de 335 grammes dans sa vitrine à trophées. If there’s any justice in the world… Merci Lemar.

Bien qu’il reste potentiellement capable de fulgurances statistiques appréciables, l’homme au charisme de plate-forme pétrolière est au crépuscule de sa carrière. Eh oui ! Le soleil se couche pour tout le monde les gars. Après trop d’années passées à incarner une efficacité absolue mais inesthétique, dépouillée et austère, Tim Duncan a claudiqué bon an mal an jusqu’à ce dernier baroud d’honneur qui l’aura vu tomber les armes à la main et 30 points et 8 rebonds dans la besace contre Nowitzki and co.

Duncan, pourrait laisser rouiller son genou pendant quelques années encore sur les parquets et se satisfaire d’un rôle de joueur d’appoint comme Payton dans la dernière ligne droite de sa carrière ou comme Shaq et Finley aujourd’hui. Un coup d’éclat de temps à autre viendrait rappeler la splendeur passée, et vogue vers la retraite!
Peut-être même qu’il aura l’insigne honneur de raccrocher  sur une ultime bagouse, une bague pour laquelle il aura mis son grain de sel en envoyant du bois en sortie de banc comme The Glove avec le Heat de Miami en 2006.
En revanche, ce dont on peut être à peu près sûr, c’est qu’il n’ira jamais joué les mercenaires ci et là façon The Answer. Pas besoin.
Et puis Tim il aime bien l’air chaud du Texas  où il lui reste encore les mystères de Popovich à la CIA à percer.
Perso ça m’est égal qu’il rempile à SA tant que ces tristes sires se font aussi discrets qu’ils l’étaient avant de le drafter en 1997. La loose, c’est encore l’air qui va le mieux à sa tête de poulpe mal décongelé.

Et puis avouez que ça serait con qu’il vienne refoutre sa merde alors que la ligue nous mijote un duel au sommet entre l’ancien nouveau Jordan et le futur ancien nouveau Jordan soit Kobe Bryant et Lebron James.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Sport

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s