Top 3 : les pires séances ciné de ma vie


Découvrir un film dans une salle obscure, ça n’a rien d’une « cinécure ». Pas de pause, d’avance rapide, de coca à volonté, de séance à 1h du mat’, de canapé spacieux ou de salon silencieux.

3/ Elektra

Outre un chemin de croix cinématographique, la séance d’Elektra a aussi été le théâtre d’une de mes premières fois : pendant le film, n’en pouvant plus devant l’indigence proposée et le jeu catastrophique de Jennifer Garner, je me suis levé pour aller aux toilettes ! C’est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup. Avant « Elektra« , même la vessie pleine d’un litre de coca prêt à exploser, je n’ai jamais quitté mon fauteuil en plein milieu d’un film pour aller vider la « balloune ».
Dans les chiottes du Ciné Cité Bercy, j’aurai au moins réussi à préserver quelques neurones.

2/ The Transporter III

Typiquement le film UGC Illimité. Une merde qu’on irait voir pour rien au monde si on n’avait pas cette traitresse impression de ne pas violer sa carte bleue. « Le Transporteur III » est un désastre d’une ampleur quasi-biblique en grande partie à cause du love interest du héros. Pour faire vite, Natalya Rudakova est tête à claque, moche, mal foutue et mauvaise actrice. On avait rien vu de pareil depuis Ally Mactyana qui avait essayé de faire du ciné sans sucer de queues dans « Banlieue 13« . Apparemment, Luc Besson ne culpabilise pas d’avoir révélé Milla Jovovich. Nous on se demande encore pourquoi Jason Statham ne l’a pas abandonnée en Moldavie après lui avoir décoller la rétine et péter les tympans d’un coup de latte. Même SOS Femmes Battues aurait applaudit.
Bonus Track : une bande de racailles reprend chaque baston du film en direct live juste devant l’écran avec force petits cris et sauts par dessus les fauteuils. A dix minutes de la fin du chef d’oeuvre, un vigile vient s’infliger le pugilat final pour s’assurer que nos doublures du hood se tiennent tranquilles. Dommage, la baston entre Robert Knepper, bad guy aussi badass que Gargamel , et Jason Statham est totalement pourrie et aussi plausible qu’une sextape de François Bayrou avec Ségolène Royal.

1/ Speed Racer

J’ai jamais pris de drogues, mais j’imagine que les effets doivent ressembler à « Speed Racer » : un fatra de bruits, de plans surdécoupés et une avalanche de couleurs criardes. Comme si ça ne suffisait pas, c’est d’un ennui léthal. Des gens sont morts pendant le film, et pas que des épileptiques.
J’ai été voir ailleurs si j’y étais à mi-métrage. C’est la seule fois de ma vie que ça m’est arrivé.
Le pire, c’est que pour certains, « Speed Racer » est un chef d’oeuvre. Comme dirait Quentin Tarantino, qui en connait une blinde en la matière, « Quitte à vouloir prendre son pied avec des jeux vidéos, autant coller sa bite dans une Nintendo. »

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Cinéma, Top 3

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s