Who the hell is Jack Daniels ?


J’ai jamais pris une cuite de ma life. Deux fois j’ai été pompette : après avoir bu du cidre trop vite lors d’un apéro à Remiremont, et une autre fois en buvant une coupe de champagne pour fêter la victoire de Ferrero à Roland-Garros avant d’aller faire un tennis.

Je vois d’ici la cohorte de dipsomaniaques biberonnés au whisky-coca qui vont me ronger les moignons avec leurs conneries genre  :
« – Haaaaaaaan t’as pas dû rigoler beaucoup dans ta vie !!! Tu sais t’amuser ?
Oui oui t’inquiètes. Et mettre des coups de lattes dans les rouspéteuses aussi. »

Si si c’est ça qu’ils vont dire une fois que j’aurais précisé que les verres d’alcool que j’ai bu tout au long de ma vie doivent se compter sur les doigts des deux mains. Et peut-être d’un pied. Mais c’est pas sûr du tout. A la limite on est plus sûrs de l’hétérosexualité de Cristiano Ronaldo.

Dès que je sors quelque part avec des gens qui ne sont pas mes amis mais qui me veulent quelque chose, on m’emmerde avec ça.
« – Arrête tes conneries merde. Tu vas quand même pas prendre un Perrier ? Allez bois un verre !
– Bah c’est ce que je vais faire, pourquoi tu crois que j’ai pris un Perrier ?
 »

Depuis que je suis à Lille surtout, j’ai l’impression que la sobriété nuit à ma socialisation. A chaque fois que je suis sorti avec des gens, on m’a forcé la main pour que je m’enfile quelques bières ou de la vodka. Peut-être parce que je ne fais pas mystère de ma maigre résistance à l’ivresse. A leur décharge, l’hypothèse de voir un gars tellement pété qu’il parle à un tabouret en vieux normand est particulièrement séduisante.

Si je ne bois pas d’alcool, ce n’est pas juste parce que ça me monte rapido à la cafetière. If I don’t drink, c’est aussi :

A/ Parce que c’est dégueulasse hormis pour le Smirnoff Ice et le cidre, lesquels seraient de toute façon des breuvages de gonzesses selon les théoriciens de la pochetronnerie.
Tout le monde siffle de la bière par exemple. Mais la bière, c’est pas très bon. En même temps, que pouvait-on espérer d’une boisson dans laquelle on met de l’orge ou du houblon ? Est-ce qu’on a déjà mangé quelque chose de bon avec ces merdes dedans ? Est-ce qu’on en mettrait dans les crêpes ou le gâteau au yaourt ?

B/ Parce que quitte à avoir la tête qui fait la toupie et une forte envie de poser des galettes un peu partout, autant tourner sur soi-même les bras écartés au milieu de la rue. Ça te fais des économies et en période de crise, c’est toujours bien.

C/ Parce que boire pour se désinhiber c’est con comme la lune même si ça donne le film le plus drôle du monde en l’occurrence « Supergrave« .

D/ Parce que « L’assommoir » et sa théorie du déterminisme social et biologique m’ont particulièrement marqué. L’alcoolisme planant sur ma famille depuis plusieurs générations, mieux vaut être prudent. On sait jamais.

E/ Parce que le jour où il y aura une république islamiste en France, ça sera toujours ça de pris pour s’intégrer plus facilement ! Sinon, ça me simplifiera grandement la tâche le jour où j’irai bloguer à Riyad.

Une remarque pour finir ce billet : si celui qui conduit c’est celui qui ne boit pas, celui qui se justifie aussi.


Bonus : Les effets de l’alcool :

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Me, myself & aïe !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s