Be careful ! Article without interest !


Est-ce que vous pensez que quand Emile et Images violaient notre intégrité auditive en ânonnant « ils m’entrainent au bout de la nuit, les démons de minuit » de leurs voix de castrats, ils pensaient aux TV shows ? Non parce qu’hier soir, « Journal Intime d’une Call-Girl » a bien failli m’entraîner jusqu’à l’insomnie. Non pas que ça soit « Lost« , mais à 1 heure du mat’ ça accroche plus les neurones que « Sans aucun doute« .

Comme mon bon goût est reconnu par l’ONU, l’Unesco et l’Union des Etudiants Juifs de France, je n’ai pas manqué de tilter sur la jolie Billie Piper, la star du show. C’est elle :

Une fille plutôt jolie donc. Sauf que sur Gogol Images, on trouve ça :

Putain l’absence de caméras ou l’erreur de jeunesse (non parce que là, à moins d’être invitée au congrès national de la secrétaire et de la promotion canapé euh…) ne sont pas des excuses.

Billie, tu viens de sombrer dans mon estime et pourtant j’étais prêt à te ranger avec Jennifer Aniston, Jessica Biel et Rachel Weisz. Tant pis pour ta pomme !

PS : et en plus, quand dans la série elle est in naturalibus, on ne voit jamais son visage et son corps dans le même plan. Je commence à soupçonner qu’elle ait recours à une doublure pour les scènes de fesse comme Julia Roberts dans « Pretty Woman » (eh ouais). Billie, espèce de malhonnête ! Tu sais donc pas qu’c’est pas bien d’être pudique ?
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Il y en a un avec qui on ne risque pas d’être déçus par contre, c’est Petit Wayne. Physiquement, il n’y a rien à attendre de cette personne.
Ce matin je zieutais le très « m’as-tu-vu moi et mes copains » clip de l’excellent « Respect my conglomerate » de Busta Rhymes en duo avec Jadakiss et Lil’ Wayne. Outre le fait qu’il y a plus de stars à l’intérieur que dans un numéro de « 50 minutes inside » (Sandrine Quétier, Nikos, Youssouf Fofana ou le petit Grégory, je suis désolé de vous le dire mais ça ne compte pas comme des stars. Sorry quoi), ce sympathique clip réalisé par Chris Robinson ne manque pas de mettre une fois de plus la laideur de Weezy en évidence. A ce niveau là, c’est presque de la compétition. Bon le mec a du charisme et tout, mais il ressemble à un croque-mitaine. Et le fait d’avoir des tattoos sur la gueule et des piercings ne l’arrange pas bien au contraire. Si un jour le rap arrête de faire vriller son tiroir-caisse, il pourra toujours se reconvertir au ciné dans les rôles de tox’ ou de vilain qui fait peur aux chiards.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Cinéma

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s