Jay-Z hurry up ! I wanna pay for music again !


La dernière fois que j’ai emprunté les coûteux boulevards de la légalité pour acheter une galette, c’était pour « American Gangster » de Jay-Z. Ca ne cassait pas cinq pattes à une belette, mais le moyen chez Jay-Z tutoyant l’excellent chez les autres, y’avait vraiment pas de quoi poser réclamation.

Depuis nada. Jigga, qui avant d’être anastomosé à Big Bootyoncé, plastiquait les charts une fois l’an avec la régularité du Sida en Afrique, prends son temps. Même pas un de ces side-projects, dont le Hip-Hop Pope bénissait ses fidèles de temps en temps, à se mettre sous la quenotte.
Le mec le mieux loti du rap cainri en Benjamins fait son Dr Dre, repoussant continuellement « Blueprint 3 » afin d’offrir un classique à la plèbe, à son égo et à celui de Kanye West qui produit le truc.

« Blueprint 3 » sortira donc quand « Blueprint 3 » sera prêt.

« J’ai composé quelques morceaux. Nous allons entrer en studio et revoir ce qui était supposé être sur l’album. En ce moment, Kanye est en train de composer un nouveau lot de musique qui va être phénoménal et, d’ici peu, quand ça sera prêt pour le public, nous le sortirons… Si je n’ai aucune contrainte de temps, je fais n’importe quoi et je n’arrive pas à le finir. Je serais comme Axl Rose ! Ça sortira dans 12 ans et nous parlerons de la démocratie chinoise. J’aime vraiment les contraintes de temps. Mais peu importe ce qui se passera, l’album sera probablement meilleur, car ce sera fini quand ce sera parfait. » Jay-Z


Ca nous laisse un peu de temps pour un petit tour dans la DeLorean.
La première fois que je me suis mis un disque de Jigga dans les esgourdes, c’était « Vol.2 Hard Knock Life« . C’est aussi l’un des premiers albums que j’ai acheté. C’était après avoir vu le clip de « Can I Get A… » dans « En juin ça sera bien » sur la Cinquième. J’avais 14 piges, « Titanic » venait de violer le box-office avec une sévérité pornographique, Rachida Dati s’endimanchait encore chez Prisunic et « Capital » narrait les success-stories de Mohammed Dia et Caramail.
98 quoi. J’ai tellement écouté l’album que la Pierre de Rosette est plus facile à déchiffrer que le livret. Quant au boîtier, on dirait qu’il a fait Gergovie.

Après cette révélation quasi-christique, j’ai acheté tous les ans le Jay-Z annuel comme on achète le calendrier de l’Avent ou le vaccin contre la grippe quand on est vieux et qu’on ne veut pas mourir. J’ai aussi prêché la bonne parole des Témoins de Jayhova contre les Nasophiles à l’époque où Shawn Carter et Nasir Jones avaient transformé New-York en Dallas et en enjeu de leurs joutes verbales.

Depuis 1996, il n’y a eu que deux années blanches dans la discographie de Shawn Carter. 2005 (il jouissait alors de sa retraite, prise en 2003 après la sortie du « Black Album« ) et 2008. Et 2009 donc s’il ne remue pas fissa son pétrousquin.

Du coup, je me questionne. Peut-être que le premier disque que j’achèterai depuis « American Gangster » ne sera pas « Blueprint 3 » mais « Relapse » qui prend aujourd’hui les bacs d’assaut, entièrement produit par Dr Dre. ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
Pendant qu’on se languit, Jay-Z ne se tripote pas le micro hein. Pour l’heure, il a déjà sorti deux sons de « Blueprint 3« , « Jockin Jay-Z » et « Brooklyn we go hard« , enregistré deux collabos bombesques, « Swagga Like Us » avec T.I et « Lost » avec Coldplay et mis en musique l’élection de Barack Obama. Ca n’augure que du bon pour son 13e album.

Holla at your boy !


Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Music

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s