What a tremendously hostile world a rat must endure


Jésus Tarantino ne donne pas que dans la résurrection de vedettes has-been (Travolta, Pam Grier, Robert Foster, Darryl Hannah, David Carradine), il sait aussi débusquer du talent méconnu. Christopher Waltz par exemple. Vous savez que les médailles de guerre de l’interprète du déjà culte Colonel Hans Landa sont des participations à « Derrick » et « Tatort » saupoudrées de quelques prix germaniques pour des rôles dans des téléfilms ?

A part ça nichts. 32 bâtons à rouler sa bosse dans l’ombre avant de devenir l’Autrichien le plus connu de la place depuis Jorg Haider et Joseph Fritzl. On peut pas dire qu’il a braconné sa nouvelle notoriété. Son prix d’interprétation cannois non plus si l’on en croit la rumeur. En tout cas, sa modestie et son émotion faisaient plaisir à mirer hier soir. Beaucoup plus que le prix à la Bashung remis à Alain Resnais pour s’offrir de l’émotion à bon compte.

Je pense maintenant que je vais plus ou moins cessé de parler d' »Inglourious Basterds » jusqu’à sa sortie parce que ça fait un peu monomaniaque.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Cinéma

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s