We forward in this generation triumphantly


Depuis que Michael Vick a été expédié entre quatre murs pour avoir organisé des combats de pitbull maison (litt. & fig.), la NFL est genre beaucoup moins funky fresh (d’autant plus que Tom Brady sort d’une saison blanche suite à une blessure). Terminado les feintes de ouf malade, les extraterrestrials touchdowns et tout ce qui fait que le foot américain est autrement plus cool que le rugby.

Le manège pourrait bientôt se remettre en marche puisqu’après 19 mois de cabane, le quaterback des Falcons (qui n’ont pas l’intention de lui rouvrir les portes de l’effectif quoi qu’il arrive) est rentré chez lui. Pour l’heure, il est assigné à résidence, bracelet électronique à la cheville, et n’a le droit de quitter son domicile que pour aller trimer sur un chantier pour 10 dollars de l’heure histoire de rembourser ses dettes (il s’est déclaré en faillite personnelle devant la justice).

Parce que Vick (rien à voir avec « La Boum« ) a tout perdu. Sa réputation, son pèze, son job et sa meuf. Et contrairement à ce qu’on pourrait penser, sa réinsertion ne sera pas une mince affaire.
Objectivement, ce qu’il a fait est carrément dégueu. Suffit de voir les pics des pauvres clebs charcutés par sa bêtise pour s’en convaincre. Il n’empêche que la NFL s’acharne. Michael Vick a purgé sa peine et payé sa dette, il a donc le droit de reprendre son job et de tâter à nouveau de la gonfle. Seulement la NFL rechigne à réintégrer un dog abuser dans ses rangs déjà pas très clean sans ça. Roger Goodell, le commissioner de la League (une sorte de potentat des ligues de sport pro US), fait sa petite chatte au bras long et fait savoir que l’ancienne pompe à fric d’Atlanta devra lui prouver, ainsi qu’au public, qu’il regrette ce qu’il a fait et a compris en quoi c’est mal.  C’est le côté République Bananière Bisounours des ligues pros américaines. « Nos propres lois au service d’une image lisse comme le cul d’un bébé mannequin Pampers pour continuer d’alimenter un business familial« .

J’espère vraiment que Mike sera assez vif du caberlot pour faire acte de contrition parce que sinon, ce qui l’attend c’est la Ligue Canadienne de Foot Américain ce qui serait bien triste à même pas 30 piges et après trois Pro-Bowls (équivalent du All-Star Game pour le foot US), des prestations brillantes, un style flamboyant et des stats classes comme Bill Nighy dans « Good Morning England« . Comme un signe du destin, son assignation à résidence devrait prendre fin le 20 juillet prochain, soit au moment de la reprise de la plupart des camps d’entraînement NFL.

Michael Vick sera-t-il à nouveau invité dans la danse par Goodell ? Une équipe se risquera-t-elle à lui faire confiance ? Retrouvera-t-il son niveau d’antan après deux ans de zonz’ sans toucher à l’ovale ? Time will tell.

Ce qui est sûr, c’est que si la NFL lui donne une seconde chance, ça pourrait donner un de ces films dégoulinant sur la rédemption dont les stetston raffolent.

Pour le plaisir des yeux, Michael Vick en action du temps de sa splendeur.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Actu, Sport

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s