L’enfant qui ne fût pas homme-orchestre


Le premier échec de ma vie humaine (la précision est d’importance parce que le premier échec de ma vie, c’est à l’état fœtal quand je n’ai pas réussi à chopper ce foutu gène qui t’évite d’avoir un pneu de Renault Trafic autour du bide quand tu siphonnes un paquet de Prince), le premier échec de ma vie humaine donc, c’est la musique.

Quand j’avais six piges, le Colonel Maman m’a inscrit à des cours de solfège au conservatoire de mon tiéquar. Rompons tout suspense illico : l’échec a été absolu et immédiat. J’ai passé un an à reporter sur des portées des trucs qui m’étaient aussi obscurs que la reproduction des lombrics en milieu tempéré. Comme tous les autres mômes semblaient comprendre ça vachement bien, genre ils étaient bilingues en clé de Sol, j’avais trop honte pour demander au prof de me guider vers la lumière.

Après un an de souffrance égotique, j’ai donc jeté l’éponge. Évidemment, aujourd’hui je le regrette. Des fois j’aimerais avoir une Delorean  pour aller causer au gosse que j’étais et lui dire de persévérer ou de faire les choses différemment. Ou pour dire à ma mère d’insister un peu plus. Mais ce qui est fait est fait et ne peut être défait.

Si j’avais continué le solfège ou que je m’étais impliqué plus que ça, j’aurai pu tâter d’un tas d’instruments vachement cools. J’entends par cool l’inverse du triangle, des maracas ou de la flûte (le tambourin pourrait y figurer mais à cause de « Mr Tambourine Man« , il n’y sera pas). Vous savez ces instruments à la con qu’on file aux gosses qui savent pas chanter génial dans la chorale du spectacle de fin d’année.

J’ai commencé par vouloir taquiner la gratte. Mon grand-père m’en avait offert une (c’est d’ailleurs en partie pour ça que ma mère m’a collé au solfège) et pendant longtemps, je m’y suis essayé à intervalles régulières. A défaut d’être Django Reinhardt, je me disais qu’en y allant à la gitane il finirait bien par en sortir un son Gipsy King, mais niente. Du coup je finissais systématiquement par jouer du tam-tam dessus. Über loose.

Ensuite est venu la harpe. Oui, la harpe. Cet instrument irréel qui ne semble exister que dans les péplums et les restos chics des films ricains. Quand j’étais gosse, mon meilleur ami, Antonio-Carlos Pasinelli (dont je serai d’ailleurs curieux de savoir ce qu’il est devenu) en avait une. Il était harpiste, ce qui cumulé au port du costume à 12 ans alors qu’on était pas dans un pensionnat suisse et à sa passion pour le cerf-volant lui valait pas mal de moqueries. Si le cerf-volant et le costard ne me bottaient que moyennement, j’étais plutôt branché par la harpe. Mais vu que j’étais même pas foutu de jouer le générique de « Santa Barbara » à la guitare, mes parents n’étaient pas chauds cacao pour hypothéquer la maison histoire de m’offrir cet instrument de millionnaire. D’autant plus que vu la taille du bestiaux, pour lui faire de la place on aurait certainement dû faire adopter mon petit frère.

Bien plus tard, j’ai vu le film « Drumline » avec Nick Cannon. C’est aussi loin du chef d’oeuvre que d’un prix Nobel de physique, mais les scènes de fanfare sont absolument extraordinaires. L’énergie des bands des facs yankees est à tomber par terre, surtout qu’ils interprètent du Michael Jackson, du SugarHill Gang voire même du DMX. Quelques années plus tard, j’ai assisté à un match universitaire de foot américain à New-York et j’ai pu constaté de visu que « Drumline » était plutôt fidèle à la réalité. Malheureusement les fanfares françaises sont plus branchées « Le petit bonhomme en mousse » (« Yellow Submarine » dans le meilleur des cas) ce qui donne autant envie que d’être commercial en sanibroyeurs.

Depuis il y a eu la batterie (trop bruyant, trop cher, trop Bernard Minet), l’harmonica (cool mais trop connoté clodo en France) et depuis la fête de la musique, le turntablism. Grâce à la technologie et aux sites type 2xmoinscher, je pourrais peut-être me lancer dans le business à moindre frais… J’vous tiens au courant.

Publicités

4 Commentaires

Classé dans Me, myself & aïe !

4 réponses à “L’enfant qui ne fût pas homme-orchestre

  1. faf

    « mon meilleur ami, Antonio-Carlos Pasinelli  » +  » j’étais plutôt branché par la harpe » …
    I’m lovin’ it… En mode COMING OUT !!

  2. Excellent, je suis tombée sur ton article en cherchant justement ce qu’était devenu Antonio-Carlos: j’étais dans la même classe de harpe que lui…! Et j’ai également connu ses fameux costumes marins des auditions de fin d’année… Ah Antonio, si tu nous lis…!

    Par ailleurs, je suis devenue prof de harpe…;)

  3. ACP

    Après plus de douze ans, ou treize ans, ou … je sais plus, de harpe, j’ai laissé tomber.

    J’ai bien-sûr eu le choix, mais je me suis rendu compte que je n’étais pas fait pour une pratique dans un cadre académique. Pourtant Christine, notre prof à nous avec Alexandra, faisait preuve d’une patience et d’une compréhension rares, que l’on aimerait rencontrer plus souvent en conservatoire, envers mes sauts d’humeurs, mes goûts complètement décalés par rapport à un programme de harpe classique et surtout ma phobie immaîtrisable de la scène et du public.

    Aujourd’hui, je joue de la guitare électrique. Cela faisait dix ans que j’en voulais une. L’année dernière, enfin, je me suis décidé. J’ai claqué pas mal d’argent, il est vrai, mais je ne regrette rien. Surtout, aujourd’hui, il n’y a plus de public, plus d’examens de merde à passer, plus de contraintes de temps. Mais j’ai gardé le meilleur du conservatoire, enfin je pense. La discipline et la rigueur au moment de travailler et de s’exercer.

    > Par ailleurs, je suis devenue prof de harpe…;)

    Nice to hear you again ! J’en connais une qui doit être drôlement contente.

  4. Eh ben ça pour une surprise, c’en est une bonne ! Après toutes ces années de googling intensif pour te retrouver, voilà que c’est toi qui reapparait finalement ! Et outre la guitare, que deviens-tu ?

    Pr plus de confort,j’ai déplacé la conversation sur mon nveau blog, on continue là-bas si tu veux bien : http://www.mogadishow.com/lenfant-qui-ne-fut-pas-homme-orchestre-1234/comment-page-1#comment-360

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s