The Great Belgian Coast Adventure


« Si tu veux te faire une plage dans le Nord, il faut absolument que tu ailles à De Haan« .
En un peu plus d’un an, c’est la seule chose intéressante, pas con et vraie que m’a dite mon ancien patron.

J’aurais quand même mis plus d’un an à déplacer mon séant jusqu’à cette introuvable bourgade de la côte belge. Ouais parce qu’on avait déjà essayé d’y aller avec Soso. Deux fois. La première, c’est le GPS qui a failli nous envoyer en Norvège. La seconde, c’est via michelin ou mappy, un des deux, qui nous a trompé avec ces itinéraires à trous.
Chez Mappy, ils doivent se dire que se cogner 100 bornes dans un pays dont tu ne connais pas la langue ce n’est pas assez difficile. C’est plus rigolo s’il y  a du défi et une engueulade homérique. Du coup cette fois-ci j’ai passé tout le trajet en mode rain man, un œil rivé sur la carte, l’autre à l’affût du moindre panneau.
Après un ou deux écarts de trajectoires dus à à la trajectoire imprimée combinée à une signalisation belge des plus fantaisistes, on est finalement arrivés à bon port.

Franchement je suis plutôt pas mauvais en langues, mais le flamand, c’est bien simple on dirait un mélange de toutes les langues que personne ne connait du néerlandais au croate en passant pas le letton. Même en allemand il y a des mots qui ressemblent un peu à l’anglais ou quoi. Pas en flamand. Rien ne ressemble au français, rien ne ressemble à l’anglais. Ce n’est ni une langue vivante ni une langue morte. C’est une langue sous assistance respiratoire.
Il y a quelques mots, genre « strand » lequel signifie « plage« , qui ressemblent un peu à des mots allemands, mais pas aux mots allemands qui ressemblent à de l’anglais. Bref c’est le bordel. Encore plus que mon paragraphe.

Contrairement à ce que peuvent laisser croire Benoît Poelvoorde, Dikkenek, Strip-Tease, Arno et les idées reçues bien de chez nous, les Belges sont en fait des gens tout à fait normaux. Certes ils ont un style vestimentaire bien à eux (encore que, il faudrait trouver autre chose que style pour le qualifier) et un vocabulaire très Jules Ferry quand ils jactent français, mais rien qui les identifieraient à l’un des 1001 clichés sur leur compte.

De Haan est une jolie ville. Imaginez vous une sorte de Deauville moules-frites, frime et casino en moins malgré les belles maisons qui montrent l’aisance de ses habitants/vacanciers. Ce qui est cool c’est que la ville à su résister aux assauts de la modernité mais pas comme une ville françaises de province restée figée à la mort de Claude François. De Haan, qui veut dire le coq en flamand, a beau être une petite « station balnéaire » relativement touristique, elle a su conserver toute son élégance loin du tape à l’œil de certaines villes côtières françaises qui mettent du bleu clair sur toutes les maisons et des barques en guise de déco dans les jardins.

Si on a été à De Haan, c’était pour passer une journée à la mer. Mais comme il faisait un temps de merde par chez nous et que les sites spécialisés annonçaient des températures un peu trop fraiches pour jouer les sirois, j’ai oublié mon maillot de bain. Par contre j’ai pris mon pull. C’est vous dire si je suis borderline con des fois.
Arrivé à De Haan, devant l’étendue du beau temps et du bleu de la mer, je me suis mis en quête d’un maillot de bain. Dans une station balnéaire on serait tenté de penser que ce n’est pas la mer à boire et pourtant. Après une demi-heure de quête en centre-ville, j’ai fini par trouver mon bonheur. Pressé d’aller faire trempette avec belle-maman (rien de graveleux hein, déconnez pas) j’ai pris le maillot de bain le moins cher le plus jolie en taille L. Arrivé à la plage, je m’allonge sur mon t-shirt (comme on est des P4 on avait aussi zappé les serviettes et laissé les paillasses dans la turvoi) et entreprends de me défroquer sans montrer mon cul à la commune. Mais au moment d’enfiler le maillot de bain tant convoité je m’aperçois qu’il a du mal à passer le cap des cuisses. « Bah merde ! Je suis tout de même pas redevenu un semi-sumo XL quand même ?« . Comme j’avais vraiment envie de me baigner, j’ai forcé un peu jusqu’à me rendre à l’évidence : arrivé tout en haut, j’avais les couilles compressées comme si j’avais mis un slim à ma sista et la raie des fesses en libre-service. Putain. Le. Boulet. Emporté par mon enthousiasme j’avais acheté un maillot de bain taille enfant. Epic Fail comme diraient les twitaholics.
Retour à la case départ pour un remboursement : c’est pas possible. Le vendeur doit se croire dans une méthode Assimil parce qu’à chaque fois qu’il me donne une info, c’est d’abord en flamand puis en français (nota pour les filles : l’accent est des plus charmants). Du coup je me suis retrouvé avec une espèce de moule-zgeg Speedo à 15 euros en solde alors que je me réjouissais d’économiser les 19,50 euros de mon aller pour Paris dimanche. Quand ça veut pas…

Avec tout ça, j’ai quand même pu goûter aux joies de l’eau salée. Vous allez penser que je tapine pour l’office du tourisme ou que je suis le Cheval de Troie d’une espèce d’opération de marketing viral pour le compte d’un « Bienvenue chez les Ch’tis Belges une fois » mais la plage est carrément chouette à De Haan. Grande, fréquentée juste ce qu’il faut pour ne pas éveiller les soupçons, propre, bien surveillée et chaude. Eh ouais le mythe va prendre du plomb dans l’aile mais en été, la Mer du Nord est aussi bonne que la Méditerranée où j’ai trempé mes membres pendant une semaine récemment. Rien à voir avec les chansons du père la déprime Jacques Brel.

Avant je disais tout le temps qu’à Lille j’habitais à une heure de Paris, de Bruxelles, de Bruges et de Londres. Maintenant je pourrais aussi ajouter de la plage. La classe, j’ai presque l’impression d’habiter en Californie du coup.

Publicités

5 Commentaires

Classé dans Me, myself & aïe !

5 réponses à “The Great Belgian Coast Adventure

  1. Gaspard de la nuit

    Même le slip adulte taille L t’aurait géné aux entournures de cuisses, je pense…:)

  2. Jayhova

    Je n’ai qu’une chose à vous dire monsieur Dupont : vous êtes un bâtard ! 🙂

  3. Gaspard de la nuit

    Hey, protège mon anonymat, enfoiré!

  4. Jayhova

    T’inquiètes Dupont est un patronyme courant en France. Personne ne saura que c’est toi.

  5. Fou rire de la journée : j’ai pas pu m’empêcher de visualiser la scène ! 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s