L’envie d’avoir envie


Pendant un mois entier, rien de potable n’est sorti de ma boîte à magie. Pas envie d’écrire, d’échanger, ni de partager. Ne vous sentez pas délaissés mes petits pandas parce qu’en même temps pendant un mois je n’ai pas eu envie de grand chose d’autre que de traîner en boxer (insertion discrète d’un détail sexy pour faire rêver les filles alors que j’aurais très bien pu faire le mec qui s’en fout et écrire « en slibard ») devant le site du Pôle Emploi un verre de détergent dans une main et PAP dans l’autre. Mais depuis trois jours, c’est la frénésie. De la même manière que Tarantino a besoin de sa dose de films et de jolis pieds quotidienne, il me faut mon quota d’écriture et de lecture.

J’ai envie de gratter about everything, all the time. Il y a quelque chose comme dix brouillons qui attendent leur tour dans le back-office de Mogadishow et je crois bien que j’en ai encore sous le capot. Rien qu’aujourd’hui, j’ai déjà pondu trois notes sans compter celle-ci.

Cinq raisons derrière ça :

Paulle blog de Titiou (qu’est-ce que c’est chiant les gens dont tu ne sais pas comment prononcer le nom genre Shia LaBeouf) qui m’a balancé un fulguro-poing inspirateur dans les chicots.
Ringo – l’espoir de devenir un jour le Judd Apatow français. Je ne sais pas si blogger me sera d’une utilité décisive dans l’accomplissement de cette profession de foi, mais ça m’aidera déjà plus que de jouer à CashMachine sur mon iPhone.
John – le ras le bol de dégueuler 25 tweets par jour. J’en suis d’ailleurs arrivé à la conclusion que la différence entre twitter et blogger était la même qu’entre envoyer un texto pour dire que Jay-Z à Wembley c’était génial et le raconter face à face avec imitations de la foule à la clé.
George – J’ai retrouvé du boulot et ça, c’est quand même une source inépuisable d’anecdotes, de débats, de discussion et de conneries en tout genre. Tenez, aujourd’hui un collègue m’a envoyé ce CV par mail. De quoi se fendre la bille pendant les trois prochaines années au moins. D’ailleurs je crois bien qu’à un moment ou un autre il faudra qu’on en reparle sérieusement ce CV
Le cinquième « Beatle »
– Mon frère, en plus d’avoir un corps de Grec Antique (c’est une tatoueuse de Majorque qui lui a mis ça dans l’hallebarde) et d’être un chouette type, est une source d’inspiration intarissable. Tout l’intéresse, du bombardement de la lune à l’évasion de Jean-Pierre Treiber, et chaque soirée passée avec lui est une nouvelle occasion de disserter sur le plus improbable des sujets. Hier par exemple, on a passé une partie de la soirée à écouter des génériques de séries des 80’s et de dessins-animés en espagnol, en galicien et en portugais. Si mon frère avait un blog ou un twitter, dès demain 20 bloggers pseudo-hypes se mettraient à faire pareil. [Prends ça… (please, feel free to fill the blanks)].

Mais comme disait Booba, « un jour tu ris, un jour tu pleures, un jour tu vis, un jour tu meurs » alors je ne sais pas combien de temps cet espèce d’état de grâce va durer, mais tant qu’il est dans la place, tant que je ris, je vais pas me gêner pour contribuer à alimenter vos tuyaux même si parfois je meurs un peu…

Publicités

1 commentaire

Classé dans Me, myself & aïe !

Une réponse à “L’envie d’avoir envie

  1. mariemartinejackson

    c’est aussi bon qu’un film avec Eddy Murphy qui passe à la télé alors qu’on s’y attendait pas !

    par contre le mec q tu linkes il risque de pas avoir envie de te lécher le torse en voyant comme tu te fous de la gueule de son cv… fais attention quand même

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s