L’absurde séance : Crank 2


L’Absurde Séance c’est avant tout un homme : Yann. D’abord parce que c’est de sa pogne que j’ai eu mes deux invits et ensuite car c’est avec lui que l’on pénètre dans l’univers geek bis des samedis soir du Nouveau Latina. Avec passion, humour et l’assistance d’un lapin blanc XXL, il présente le film du soir, annonce le programme des prochaines séances et chauffe la salle a blanc. Comme il est normal de le faire en de pareilles circonstances, je profite donc de cette note pour le remercier et lui tirer mon chapeau.

L’Absurde Séance d’hier soir, c’était aussi deux femmes : Amy Smart une beauté qui a tout pour être couronnée reine de la série B qui envoie de la bûchette et Graziella, pornstar rouquine et débutante, présente en chair et en charme pour apporter un éclairage expert sur certains aspects du film du soir. La seule faute de goût de la soirée c’est d’ailleurs que la belle et le Lapin Géant n’aient pas été au bout de leur striptease funkadelic.

Enfin l’Absurde Séance c’est surtout un film inédit en salle. Un chef d’œuvre injustement condamné au DTV dans nos contrées : Crank 2.
Si Pascal Duquenne et Michael Bay avaient eu un fils et l’avaient biberonné au Red Bull et au speed sans l’envoyer à l’école, il aurait sans doute commis Crank 2.


Rebaptisé Hypertension 2 chez nous, ce film d’action sans limites trouve toute sa raison d’être dans le fait que c’est tout à fait le genre de bobines que vos marmots materont avec passion lors de futures soirées électriques de l’Absurde Séance à l’horizon 2035. De la même façon qu’on s’extasie aujourd’hui devant l’énergie survitaminée, la créativité foutraque, la débilité assumée et le fun tout-est-permis de monuments de genre tels qu’Evil Dead ou Meet the Feebles.

Lorsque les lumières se sont rallumées, un bobo journaliste assis devant nous a rendu son verdict avec toute la morgue condescendante du mec qui a appris le ciné entre Mad Movies et les Cahiers du Cinéma : « quelle merde« . Il s’est pourtant fendu la pipe non stop pendant les presque deux heures du métrage, ébaubit comme nous tous par le grand n’importe quoi vulgaire et foutraque du duo Neveldine/Taylor. Sûrement le genre de mec qui croit encore que c’est plus dur de faire le Ruban Blanc qu’un film surprenant, plein d’idées (à la con certes, mais quand même) et sans aucune prise de tête, applaudi par un public enjoué et rigolard.

Eh ben mon cul sur la commode ! Dans Ultimate Game, autre film du duo mais sorti en salle celui là, on retrouve pas mal de l’esthétique et des tics de mise en scène de Crank et sa suite. Pourtant le courant ne passe presque jamais car prisonniers de leur style, Neveldine et Taylor se croient soudainement obligés d’injecter de la substance tragico-dramatique dans leur film. A l’inverse de Crank 2, qui en dépit de rares longueurs ne cesse jamais d’amuser et de faire bondir, Ultimate Game est juste chiant. Comme la reprise façon marche funèbre de Sweet Dreams par Marilyn Manson qui ouvre le film. Faut dire aussi que le sérieux papal de Gerard Butler ne peut pas test le charisme badass de Jason Statham, lequel porte le film sur ses épaules d’ancien nageur pro. La preuve que « nageur » n’est pas condamné à rimer avec « charisme de poisson » (Prends ça Alain Bernard !) Comme si toutes ces qualités ne suffisaient pas, le montage super cut et speed du film n’en rend pas moins les scènes d’action parfaitement lisibles. S’ils veulent à tout prix donner dans le sérieux, plutôt que de faire Ultimate Game, que Neveldine et Taylor récupèrent le quatrième volet des aventures de Jason Bourne. Là au moins on aura des scènes d’action compréhensibles et énergiques (Prends ça Paul Greengrass !).

Je m’en vais vous faire une confidence, dans mon top 5 de l’année, quelque part entre Inglourious Basterds, Very Bad Trip et Funny People, bah je mettrai sans problème Crank 2. Qu’on se le tienne pour dit.

Ps : j’allais oublier, l’Absurde Séance c’est aussi et surtout des séries b, des perles rares, des avants-premières, des films d’exploitation et des nanars jouissifs chaque samedi a minuit au Nouveau Latina, salle d’Art et Essai qui pète pas plus haut que son cul au 20 rue du Temple dans le IVe. En plus ils prennent la carte UGC. En plus en plus le quartier est bourré de bars sympas pour se bitturer en refaisant la filmo de Jean-Pierre Marielle après une projection exceptionnelle de Calmos par exemple.
Ps 2 : Le 31 octobre, y’a la Nuit Zombie. Malgré le prosélytisme mort-vivant d’Elixie, je ne suis pas trop fan de la chose mais comme il y’aura des animations, un petit dej’ et le très bandant Zombieland en avant-première, peut-être bien que je me laisserais tenter.
PS 3 : vous avez vu comme elle est spoiler-free ma review ? Je vous précise quand même que le film est violent et qu’il est préférable de le voir en bande pour mieux l’apprécier. A bon entendeur, tape m’en cinq…

Publicités

1 commentaire

Classé dans Cinéma

Une réponse à “L’absurde séance : Crank 2

  1. Comment je voulais trop y aller à cette projo… Surtout que le Latina est à 5 minutes à pieds de chez moi.
    Malheureusement, quelque chose de prévu… Je vais me jeter dessus quand il sort en DVD ! Je veux trop voir Corey Haim et son mulet 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s