Toi et moi ensemble, rien ne nous ressemble…


Vous l’aurez certainement remarqué mais depuis quelques années, les génériques TV valables sont aussi rares que les films polissons en prime-time. Je crois que c’est venu avec Lost. Le titre histoire de savoir ce qu’on regarde, trois notes de musique et zou. On fait des économies où on peut hein.

Je ne vous parle pas de génériques genre Les Sopranos ou Dexter qui, stylisés à l’extrême, semblent vous hurler à la face du haut de toute leur splendeur graphique que vous allez regarder une putain de série flabistouflante, pas une merde avec un vieux générique de gitan country type Walker Texas Rangers.

Non moi je vous parle des génériques avec des paroles écrites spécialement pour coller à la série, pour raconter une histoire. Il y a bien eu une tentative avec « J’ai pas le temps« , magnifiquement scandé par Faf Larage en ouverture de Prison Break, mais on est loin du niveau herculéen atteint dans les années 80-90. A l’époque, les génériques de séries TV se devaient de raconter le principe de la série ou de délivrer un message quand elle s’adressait aux enfants. 25 ans plus tard, ils sont devenus les murs porteurs de toute une culture.

Mon cinq majeur :


A retenir : les glissades sur le capot, Starsky & Hutch au sauna,  la Ford Torino qui poursuit une autre voiture à un carrefour et surtout cette phrase « mais Huggy sait où ils cachés pour les arrêter« . Huggy est donc une balance et ça choque personne. Bah bravo !


L’Histoire retiendra qu’avant Angelina et Madonna, il y a eu Mr Drummond. L’histoire se souviendra qu’avec la bonne, il est le seul acteur de la série à ne pas avoir mal tourné.
Sinon ça n’étonne personne qu’un vieux pingouin blanc plein aux as embarque dans sa limo deux pauvres gamins d’obédience noire sur un playground d’Harlem ? Je crois qu’ils n’étaient pas très sensibles au sujet du tourisme sexuel à l’époque. #frédéricmitterand


On ne manquera pas d’applaudir le fait que la psychologie et le background de chaque personnage sont admirablement résumés dans le générique. C’est pas avec The Shield ou The West Wing qu’on pourrait en faire autant. On appréciera aussi le fait qu’Hannibal explique le pourquoi du comment au début de chaque épisode sur fond d’images du Vietnam piquées dans un documentaire quelconque, vu qu’il n’y a jamais vraiment eu de premier épisode pour qu’on comprenne pourquoi cette bande de gus sortis d’on ne sait où aident des pauvres paysans du Nouveau-Mexique contre des narco-trafiquants propriétaires de granges à chaque épisode.


Pour Mamie Alzheimer et les autres gens qui ont des problèmes de mémoire, l’Etalon Noir c’est une série avec un cheval que des Arabes essayent de voler un épisode sur deux, un jockey de 14 ans qui vit dans une caravane alors qu’il n’est pas gitan et le plus jeune oscarisé de l’histoire dans le rôle du mentor. Les paroles du générique sont justes magnifiques. Ca me rappelle le couple que je formais avec Sosaloosa.


Un flic qui devient une victime d’erreur judiciaire qui devient un fugitif qui devient un chasseur de primes. On est d’accord, c’est totalement débile et ce n’est pas la petite intro, un fait divers lamentablement raconté, qui va sauver les meubles Conforama. Je ne me souviens pas trop de la série si ce n’est que Reno Raines c’est un peu José d’Hélène et les garçons qui aurait mal tourné.

Publicités

1 commentaire

Classé dans Série

Une réponse à “Toi et moi ensemble, rien ne nous ressemble…

  1. Fantomate

    Il me semble que t’as oublié L’homme qui tombe à pic. Merci.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s