I wanna be Antonio Cassano


Dans la vie y’a ceux qui taffent dans des endroits cools et ceux qui bossent dans des villes à la con. Noisy-le-Sec par exemple.
Pour rendre ça plus sexy, on dit qu’on turbine à Noisy-le-Sex mais en fait c’est pas vrai.
Les seuls trucs sex de Noisy c’est la rue Georges Gay, notre open-space et les petites annonces homos passées au marqueur sur les lampadaires publics (les sites de rencontres ne seraient pas arrivées jusque dans le 9-3).

C’est spécial Noisy. C’est moche. Pourtant, d’après mes collègues, cette aimable localité  de Seine-Saint-Denis de près de 40 000 habitants patrouillerait aux avants-postes du top ten des villes françaises où il fait bon vivre. J’vois pas le problème, on a le droit d’aimer vivre dans des immeubles moches, des zones industrielles, des pavillons tristes ou encore des rues crasseuses (et pourtant, c’est d’autant plus abusé que le maire de la ville, Alda Pereira-Lemaitre est né au pays du ménage -et de la maçonnerie-).
Après tout Eddy Mitchell a habité à Noisy dans les 70’s, MC Solaar y a enregistré Caroline dans les sous-sols d’un labo de chimie et Sanseverino, La Caution, Pauline Croze, Vanessa Demouy, Cyril Cinélu, Siné ou encore Féfé en sont originaires.
De toute façon je m’en bats les maracas puisque mon Noisy c’est gare-boulot-resto.

Tiens on va la jouer Michelin noiséen justement.
L’autre jour au chinois, un truc qui s’appelle la Grande Muraille comme environ 43% des restos chinois de France (les autres ont des noms à base de lotus ou de dragon), ils passaient une réorchestration de l’OST de Flashdance au clavier Bontempi. La contrefaçon à la chinoise est décidément sans limites. Et qu’on essaye pas de les absoudre en me faisant croire que c’est une version enregistrée par Ross Geller, on sait tous très bien qu’il est incapable de jouer autre chose que Le Flic de Beverly Hills. Non, c’est Edith Cresson qui avait raison : « les Chinois sont des fourmis« .

Le lendemain, au japonais de Rosny (celui-là il s’appelle le Chidori. C’est beau on dirait un blaze de pornstar blackinoise.) c’était de la musique de mélo façon Love Story/dépression/cancer en phase terminale. Du coup chacune de nos saillies revêtait un petit côté rosebud (écrémage culturelle inside). Avec cette ambiance musicale, mon « passe-moi la sauce soja » adressé à Christel aurait aussi bien pu être une dernière discussion essentielle avant la mort ou la fin du monde.
Lors de ces deux repas je me suis aussi aperçu que j’avais une fâcheuse tendance à avoir des démangeaisons au niveau de l’accent chinois quand des asiats m’adressent la parole. A plus forte raison quand ils ne sont pas sympas ou un peu barges, comme la mère maquerelle de la Grande Muraille qui coupe le poisson de mon boss dans son assiette comme s’il avait cinq ans et un bavoir Dora l’exploratrice (alors qu’il mesure 1m90 et ressemble à Régis Laspalès -en plus drôle et sans la bobine de tueur en série évidemment-).

Sinon à Noisy il y a aussi le Celtique, vaisseau amiral des PMU de banlieue où on mange un succulent croque-monsieur au pain poilâne, de la morue ou du civet de biche. Il y a encore deux mois, avec toute ma morgue de connard prétentieux j’aurais sans doute méprisé le fait de grailler sous un écran scruté comme si Victoria Silvstedt allait en sortir par une vingtaine de RMIstes en attente des résultats du Tiercé. Mais tout le monde fait des erreurs, c’est pour ça qu’il y a des gommes au bout des crayons…

Publicités

9 Commentaires

Classé dans Me, myself & aïe !

9 réponses à “I wanna be Antonio Cassano

  1. Et bien moi, je travaille juste à côté des restos où Obama et Bono sont venus manger quand ils étaient à Paris 😉 C’est plus classe mais c’est moins drôle…

    Mais bon avec mes tickets resto à 5€, je vais pas aller loin là-bas. 😉

  2. Jayhova

    Tu devrais pas… 🙂

  3. Fab

    C’est beau, Jojo. Surtout le dernier paragraphe.

  4. mariemartinejackson

    jojo il claque du cul t’son.

  5. mariemartinejackson

    c’est affreux comme expression, j’suis désolée.
    au secours pardon quoi

  6. Colonel Landa

    Jay?! T’es vraiment Jay-nial! hi!hi!hi!

  7. Pingback: Making-of « Rien à foutre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s