Brève histoire des Celtes


Aux peines-à-jouir la demi-mesure : le Celtique est ce qui ressemble le plus au Fouquet’s à Noisy-le-Sec. Même si leur ketchup a l’air d’avoir coagulé, leurs croque-monsieurs au pain poilâne sont définitivement les meilleurs du monde. Les pakistanais et les simili croque au pain de mie Leader Price qu’ils vendent dans leurs cabanons attenants à de nombreux troquets parigots peuvent aller se rhabiller.
En plus le Celtique a quelque chose que ni le Fouquet’s ni les pakistanais ont : un personnel de série télévisée. Bas de gamme la série certes, mais eh, c’est déjà pas mal non ?! Mieux vaut porter du Fabio Lucci que de se balader en slibard.

Hier, c’est le majordome de la famille Adams qui nous a installés. Cerné comme Benicio Del Toro et attifé tel Nestor, le majordome du Capitaine Haddock, il est physiquement parlant en décalage complet avec la clientèle du lieu, quand bien même il arrive que la maire en personne vienne bâfrer au Celtique (encore que, pas sûr que ça compte comme quelque chose d’un peu classe, car comme on l’a vu dans un épisode précédent, la maire est une grosse dégueulasse en fait). En outre il ressemble tellement à un spectre que tu t’attends presque à ce que ses collègues le traversent au lieu de le laisser passer, ou que sa binette se désolidarise de son corps et qu’il la rattrape avant qu’elle ne roule au sol.
Chapeau bas à lui malgré tout, ne serait-ce que pour le jeu de mots de l’année : j’ai pris un croque-monsieur alors il m’a blazé Monsieur Croque. Well done Jean Blaguin.

La patronne. Alors là fini la rigolade les gars. Lunettes rectangulaires, fin de trentaine sévère, long gilet noir qui volette quand elle marche tel la cape de Dark Vador et queue de cheval stricte, « Bienvenue, vous allez regarder le Maillon Faible« . Vous l’aurez compris, elle est aussi sympa qu’un abattoir albanais. Demandez plutôt à ma collègue aux cheveux soyeux, terrorisée par sa réaction quand elle ne finit pas son assiette.
Quand la patronne te suggère de changer de place pour avoir plus d’espace, ça sonne comme une menace, quand elle demande pour qui est le croque-monsieur alors que je suis le seul à ne pas avoir été servi, elle se le reproche à haute voix et se traiterait presque de « misérable putain ». Une vraie détraquée quoi. Si vous passez au Celtique, évitez de frayer avec elle.

Le grand débile avec les oreilles écartées. Si Jean-Pierre Treiber et John Carroll Lynch avaient eu un mouflet par on ne sait qu’elle miracle de la science, c’eut été lui. Il est serveur au Celtique mais il aurait tout aussi bien pu être Lenny dans « Des souris et des hommes« .

Le patron. Comme le tavernier dans Kaamelott, il met un point d’honneur à s’intéresser à des jeux à la con (le Keno, le tiercé/quarté/quinté « c’est ma grande passion ») et réserve un accueil personnalisé à chaque client sauf aux Arabes parce qu’ils viennent seulement pour les canassons et ne consomment pas (pour un bistrotier, un muslim c’est aussi intéressant qu’un manchot pour un gantier).

La blonde. Elle était déjà dans la place la première fois et pourtant à chaque plat qu’elle apporte ou qu’on commande, elle prend un air de poisson mort qui semble dire « ah bon, on sert ça nous ?!« .

Bon je me moque, je fais des blagues mais le Celtique reste quand même un endroit où on mange particulièrement bien alors si vous passez à Neuilly un midi, faites moi signe, je vous introduis (en tout bien tout honneur évidemment).

Publicités

4 Commentaires

Classé dans Me, myself & aïe !

4 réponses à “Brève histoire des Celtes

  1. Moi, au sushi où j’ai mes habitudes le midi, je suis « Mr M06 » ! 😉

  2. Mamie

    C’est la blonde la patronne !! Lol

    • Jayhova

      Bien vu pour le pseudo mais ne donne pas trop de grain à moudre à Dim’ non plus lol !
      Même si j’ai mal distribué les rôles, faut quand même reconnaître que la brune fait plus patronne que la blonde, elle on dirait une cliente obligée de faire le service parce qu’elle n’avait pas assez de fric pour payer son demi-pêche !

  3. Zoé, la femme galak

    Très drôle aussi ! Voilà ce qu’on va faire : quand tu viens à Londres je t’invite au Burger King et quand je rentre à Paris, tu m’invites au Celtique !
    PS : mais il faudra que tu me protèges de la détraquée lol

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s