Archives de Catégorie: Cinéma

« Pourquoi parler d’autre chose ? Avec le cinéma on parle de tout, on arrive à tout » – Jean-Luc Godard
« La photographie, c’est la vérité et le cinéma, c’est vingt-quatre fois la vérité par seconde… » – Jean-Luc Godard
« Le cinéma, c’est comme l’amour, quand c’est bien, c’est formidable, quand c’est pas bien, c’est pas mal quand même » – George Cukor

This is the end…

Ma love-story avec WordPress se termine. Dorénavant pour me lire et retrouver l’intégral de ce blog (oui, oui même les vieux trucs dont vous vous foutez éperdument) c’est sur mogadishow.com.

Et oui, I upgrade myself

Changez votre abonnement RSS, vos habitudes et parlez en à vos amis !

N’hésitez pas à me faire part de vos remarques et un grand grand merci à Fab’ pour son aide et sa patience !
Peace up, A-Town down

A plus !

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Cinéma

Caught In the loop

Les lecteurs de la première heure le savent, il fut un temps où il y avait ici plus de revues ciné que de coups fourrés au Parti Socialiste. Mais j’ai décidé d’arrêter de faire de Mogadishow une arrière-boutique label rouge d’Allociné quand j’ai compris qu’il n’y avait aucun intérêt à vous causer de films de merde ou de films moyens. Même si tu le fais avec talent, c’est comme si le meilleur stalker du monde suivait un exhibitionniste ou qu’un sniper de premier plan dessoudait Benoit XVI au petit coin.
Voilà pourquoi l’appareil du parti a décrété qu’à l’avenir, je ne vous causerai que de bobines qui valent la peine d’être lues.

Cette semaine, j’ai été plutôt gâté puisque ce sont deux films de top ten list que j’ai vu.

Commençons par In the loop, le deuxième viendra plus tard dans la journée. Quand vous lirez ces lignes, il restera certainement autant de copies de In the loop dans l’Hexagone que de synagogues au Pakistan. Dommage parce que ce film anglais sur les coulisses d’une guerre qui se prépare est un vrai petit bijou, une des comédies de l’année. Lire la suite

2 Commentaires

Classé dans Cinéma, Critique

Je cherche la merde, je cause de Toilettes 2

Depuis Dikkenek je suis un ersatz de fan de l’excellent François Damiens, toujours drôle, toujours trop rare dans des rôles consistants. Alors où qu’il cachetonne, je regarde, y compris dans le cancérigène T4xi, d’autant plus qu’il y a aussi le tout aussi cool Jean-Luc Couchard, sidekick nerveux de Dominique Pinon dans le même Dikkenek.
Bref, il peut y avoir des raisons tout à fait plaidables devant la Cour européenne des Droits de l’Homme d’aller mirer de la merde. Mais quand on est un garçon, quelles peuvent bien être les raisons d’aller voir Toilettes 2 avec Robert Patachon et Kirsten Stewart ?

Même si je suis plutôt du genre ciné-curieux, je ne me risquerai pas à aller voir une connerie pareille. D’abord parce que je ne veux pas que mon entrée serve à cautionner ce qui se prépare déjà (Toilettes 3 dans les salles en juin), ensuite parce que rien que le fait de savoir que l’auteur du bouquin est une mormone au QI de télésiège incapable d’écrire correctement son prénom, me donne envie d’avaler des solutricines noyées dans du Schweppes jusqu’à en crever.

En même temps, je suppute que tout le petit monde responsable de cette chiasse s’en carre l’oignon de mon avis, parce que ça cartonne.
118 millions de dollars de recettes en trois jours outre-Atlantique dont 72,7 millions pour le seul premier jour et c’est un record. Lire la suite

10 Commentaires

Classé dans Cinéma

Bring the science back

Vous saviez que Marvin Gaye a eu Arno comme cuisinier quand il habitait à Ostende ?
Qu’il a changé son patronyme de Gay en Gaye pour se différencier de son père et rendre hommage à son idole, Sam Cooke, qui avait lui aussi ajouté un E à la fin de son blaze ?
Qu’il a produit Phil Barney ? (oui, oui, ce Phil Barney)

Je parle de Marvin mais en fait j’ai envie de causer de Thierry et des Bleus. Bizarre de mettre la classe ultime et le parangon du manque d’élégance dans une même note non ?

En fait laisse tomber j’ai pas envie d’en parler. Ni de l’émission spéciale de TF1 après le match, ni de Sarkozy et ses sbires qui nous disent en gros que « la fin justifie les moyens », ni de la presse qui parle de main de Dieu  là où celle de Diego s’inscrivait dans un contexte historique particulier et précédait le plus beau but de toute l’histoire du foot filmé…

En revanche j’aimerai dire à tous les hipsters de Twitter et d’ailleurs que le foot n’est pas qu’un sport de beauf. Que ses opinions à la con sur quelque chose qu’on ne comprend pas, on devrait les garder pour soi. Comme la religion.
Peut-être que de la même façon que les nouveaux beaufs portent Aviators et Rolex, ceux qui s’empressent de chouiner dès qu’il y a de la chique dans la lucarne ont peut-être pris la place du supporter en survêt qui se gratte les amicales devant la téloche.

Si vous passiez moins de temps à jouer les trolls en étalant votre mépris du ballon rond au moindre match (comme si on en avait quelque chose à branler en plus…), peut-être seriez vous au courant pour Cantona, Cruyff ou Best, pour le Barça, le Brésil ou Liverpool, pour So Foot ou Carton Jaune.

Qu’importe le trou du cul, l’important c’est la quantité de merde qui en sort.

En parlant de merde, six ans avant de s’auto-détruire, 50 Cent prenait le monde d’assaut avec GRODT. Que de chemin parcouru. Faut juste lui dire que ça ne sert à rien d’avancer quand c’est dans le mauvais sens…

5 Commentaires

Classé dans Cinéma

iFail ou retour de hype ?

A la base je n’avais pas prévu d’y montrer ma bobine. Même en contestation au snobisme 2.0 de ceux qui moquaient l’enthousiasme, il est vrai excessif, des dévots de Steve Jobs.
Comme beaucoup je ne vois pas l’intérêt de se ruer dans le premier Apple Store de France dès son inauguration. Après tout c’est pas comme s’ils avaient annoncer qu’ils allaient filer des MacBooks et des iPod Nano à leurs premiers clients (ce qu’il n’ont pas fait hein).

Finalement à 15h me voilà en train de faire la queue au Carrousel du Louvre avec Mathieu. C’est pas la première fois que Le Professeur m’entraîne dans ses lubies. Une fois, j’ai squatté un magasin de thé plus d’une heure avec lui pour qu’il choisisse une théière à 100 balles à son goût. Une autre, je me suis pointé à 6H45 à la Maison de la Radio en plein mois de décembre pour lui permettre de récupérer deux invits pour un concert privé de Norah Jones où il escomptait inviter une proie jeune fille (finalement il s’y est trimballé une copine. Et faut voir le colis.) (oui oui, je suis plutôt ce qu’on appelle un bon pote). Lire la suite

1 commentaire

Classé dans Cinéma

More than funny

NoteJ’ai tellement kiffé Funny People que j’ai voulu soigner le plus possible la review qui lui était consacré. Du coup au moment où vous lirez ces lignes, le film ne sera plus visible sur aucun écran de l’Hexagone. Si vous vous faites attrapé par Frédéric Mitterand, vous pourrez donc dire que c’est de ma faute (si vous avez moins de 14 ans, mes plus plates excuses). Bonne lecture.

Funny People est probablement la comédie la plus ambitieuse de ces dernières années pour ne pas dire la plus essentielle.

Essentielle parce qu’elle marque un tournant dans la carrière de celui qui aura grandement contribué à remettre le rire US sur les rails de l’excellence (je dis ça, mais je ne brûle pas ce que j’adore hein, Ben & Owen, i got your back 😉 ). Ambitieuse parce que son amplitude et sa force dramatique impressionnent pour paraphraser la tagline de l’affiche par nos amis des Inrocks, pour une fois bien inspirés donc.

Lire la suite

2 Commentaires

Classé dans Cinéma, Critique

L’absurde séance : Crank 2

L’Absurde Séance c’est avant tout un homme : Yann. D’abord parce que c’est de sa pogne que j’ai eu mes deux invits et ensuite car c’est avec lui que l’on pénètre dans l’univers geek bis des samedis soir du Nouveau Latina. Avec passion, humour et l’assistance d’un lapin blanc XXL, il présente le film du soir, annonce le programme des prochaines séances et chauffe la salle a blanc. Comme il est normal de le faire en de pareilles circonstances, je profite donc de cette note pour le remercier et lui tirer mon chapeau.

L’Absurde Séance d’hier soir, c’était aussi deux femmes : Amy Smart une beauté qui a tout pour être couronnée reine de la série B qui envoie de la bûchette et Graziella, pornstar rouquine et débutante, présente en chair et en charme pour apporter un éclairage expert sur certains aspects du film du soir. La seule faute de goût de la soirée c’est d’ailleurs que la belle et le Lapin Géant n’aient pas été au bout de leur striptease funkadelic.

Enfin l’Absurde Séance c’est surtout un film inédit en salle. Un chef d’œuvre injustement condamné au DTV dans nos contrées : Crank 2.
Si Pascal Duquenne et Michael Bay avaient eu un fils et l’avaient biberonné au Red Bull et au speed sans l’envoyer à l’école, il aurait sans doute commis Crank 2.

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans Cinéma