Archives de Tag: usagers

Railway to Hell, post-scriptum

Dans ma dernière note sur le métro, y’a deux catégories d’usagers dont je n’avais pas parlé. On va réparer cette erreur de suite parce que figurez-vous que l’exhaustivité est une de mes névroses. Lire la suite

Publicités

4 Commentaires

Classé dans Me, myself & aïe !

Railway to Hell

Il paraîtrait que je me débrouille mieux en mode survie qu’en vie normale. Il n’empêche que je me surprends moi même de ma faculté d’adaptation. Par exemple je prenais aussi souvent le RER pour aller en banlieue que des méthamphétamines et aujourd’hui me voilà tous les matins à 8h29 au rendez-vous du rere E direction Chelles. Je ne calcule même pas trop en plus, ma vie n’est pas devenu un bouzin réglé comme du papier à musique où je dois partir à 8h05 tapantes pour chopper mon train. Jusqu’ici, je ne l’ai jamais raté.

J’ignore pourquoi je vous raconte ça parce qu’en fait on s’en tape les bambous (et avec un peu de chance ça nous va bien) vu que ce n’est pas du tout de ça que j’ai envie de causer. Enfin si, un peu quand même.

J’ai parfois l’impression que les Parisiens considèrent avec un certain mépris les hordes banlieusardes déversées quotidiennement par les RER dans les entrailles de Panam’. Pourtant, le RER comparé au métro c’est l’aristocratie du rail. La ligne E par exemple, à quelques petits biscuits près, c’est un salon de thé londonien du XVIIIe. Assis, chaque voyageur vaque à ses occupations dans une discrétion d’Eglise. Qui en écoutant de la musique, qui en lisant sa feuille de chou, qui encore en échangeant avec son voisin. Même les gosses semblent ne pas faire partie de ce plan diabolique auquel ont certainement souscrit tous les mouflets de France, et qui consiste à se comporter comme le pire des détraqué afin que les kids-free voient en la vasectomie une sorte de bénédiction libératoire. Lire la suite

13 Commentaires

Classé dans Me, myself & aïe !